Réagir face au harcèlement à l’école

Scolarité
D’après l’association e-Enfance, 10 % des élèves sont confrontés au harcèlement en milieu scolaire. Un phénomène qui prend de l’ampleur avec l’usage d’Internet. Il est essentiel de déceler les signes et de réagir.
article_img
Moqueries, insultes, violences physiques, attaques à connotation sociale ou raciste… le harcèlement prend des formes variées, qu’il s’exerce dans la vraie vie ou sur le Web.
 
Lorsqu’un enfant ou un adolescent est victime de ce type d’agression, il lui est souvent difficile de se confier. Il n’est alors pas facile d’engager le dialogue et de l’encourager à parler.
 
Certains signes doivent pourtant vous alerter. Outre les blessures apparentes – dans le cas de violences physiques –, le repli sur soi, l’échec scolaire, les troubles du sommeil et d’appétit, la peur d’aller en classe sont autant de comportements qui doivent vous inciter à communiquer avec votre enfant. L’impact d’un harcèlement sur l’équilibre d’un enfant ou d’un adolescent ne doit pas être minimisé, car les conséquences peuvent être importantes.
 
En cas de crise et de harcèlement avéré, le ministère de l’Education nationale a mis en place deux lignes d’écoute gratuites, anonymes et confidentielles :

Tournez-vous aussi vers l’établissement scolaire de votre enfant. Sollicitez la direction afin de trouver des solutions et régler le problème.

Une allocation pour veiller sur son enfant malade ou handicapé

Vos enfants
Votre enfant est victime d’un accident, atteint d’une maladie grave ou en situation de handicap. Pour vous aider à rester auprès de lui, la Caf peut vous verser l’allocation journalière de présence parentale (Ajpp).
article_img
Si vous êtes salarié, demandez un congé de présence parentale à votre employeur. Il faut y joindre un certificat médical précisant la gravité de la maladie, de l’accident ou du handicap de votre enfant. Le médecin doit mentionner la durée prévisible du traitement, la nécessité d’une présence soutenue et l’existence de soins contraignants. 
 
Si ces conditions sont remplies, l’employeur a l’obligation de vous accorder ce congé non rémunéré. Il est attribué pour une période maximale de 310 jours ouvrés sur une période de trois ans. En fonction de la situation, vous pouvez le prendre en une ou plusieurs fois, sur un ou plusieurs jours par semaine. Tous les avantages acquis avant le début de cette interruption sont conservés et le salarié retrouve son poste à l’issue du congé.
 
Pour vous aider à traverser cette période difficile, la Caf peut compenser la perte de salaire ou d’indemnités de chômage en vous attribuant une allocation journalière de présence parentale (Ajpp). Elle n’est pas cumulable avec d’autres revenus éventuellement perçus par votre enfant (pension d’invalidité, indemnités de chômage, maladie…). Elle est versée, dans la limite de 22 jours par mois, au parent qui cesse ou réduit son activité.
 

Complément de 109,90 euros

 
Si vous êtes demandeur d’emploi, le paiement de vos allocations chômage est automatiquement suspendu à la demande de la Caf.
 
En plus de cette prestation, un complément pour frais peut être accordé aux parents, selon les ressources. Il s’agit d’une somme forfaitaire de 109,90 euros, versée tous les mois. Elle est destinée à couvrir des dépenses exigées par l’état de santé de l’enfant, mais non remboursées par la Sécurité sociale ou la mutuelle et qui dépassent 110,45 euros par mois. 
 
Ce complément peut notamment aider au paiement de médicaments dits de « confort » non remboursés, de frais de transport ou d’hébergement des parents dont le domicile est éloigné de l’établissement où l’enfant est hospitalisé.
2019  Presqu'île Nounous   globbers joomla templates